Un bref regard dans le “retro” pour se rafraîchir la mémoire avec la cote des millésimes à Lully.

2018

Début des vendanges : 11 septembre

Est-ce que les étés à rallonge vont devenir la norme? La question se pose avec cette impressionnante série en cours. Encore un millésime qui alterne des périodes d’humidité intense avec de longues périodes de sécheresse.

Après un débourrement et une pousse de la vigne d’une rapidité hallucinante (chaleur et eau dans les sols) le mildiou a profité des nombreux passages orageux et d’un peu de grêle pour troubler notre sérénité. Le retour de l’anticyclone nous a permis de souffler un peu et d’abandonner le rythme de travail effréné du début de campagne. Le stress hydrique atteint cette année une intensité sans précédent et ira même jusqu’à bloquer les maturités de certains cépages. Le manque d’eau et la chaleur vont nous accompagner toutes les vendanges.

Les premiers raisins qui arrivent en cave bouleversent tous nos référents, acidité, sucre, concentration, arômes, zéro pourriture, beauté… tout y est! Les rendements sont quand même contenus (sauf sur Aligoté). Millésime historique. 

2017

Début des vendanges : 13 septembre

Une sortie d’hiver énergique qui a vu le printemps montrer rapidement ses muscles. La vigne débourre et laisse la porte ouverte aux gelées de printemps. Ca ne va pas manquer, l’impensable, l’inimaginable se produit le 28 avril avec des températures négatives de plusieurs degrés durant la nuit. Les perspectives de récolte sont anéanties sur une petite moitié du domaine, le coup est terrible! Moralement c’est compliqué…

Ironie du sort, le reste de la saison est magnifique pour la viticulture, rythmé par les anticyclones et la faible pluviométrie, les vignes qui n’ont pas été touchées par l’épisode de froid sont pimpantes!

Millésime très mûr pour des vins superbes! Dommage du peu….

2016

Début des vendanges : 3 octobre

Un printemps difficile pour la vigne qui voit se succéder les journées maussades. Peu de lumière, froid , pluie, le cocktail idéal pour induire les attaques de mildiou! On ne donne pas cher du millésime durant cette période critique qui voit les premiers dégâts sur grappe. La floraison se déroule étonnement bien et laisse la place à un été salvateur.

Les vendanges commencent avec une première surprise et des rendements qui “trompent en bien”, enfin! La qualité n’est pas en reste, même si on est loin des teneurs en sucres de l’année précédente, les vins se profilent en finesse et précision. Un plaisir de vinifier cette belle année genevoise.

2015

Début des vendanges : 15 septembre

Mais voilà une belle année!  Tout ne s’est pourtant pas fait si naturellement. Un débourrement de la vigne rapide, aux alentours du 13 mai, qui va voir se succéder une menaçante période de froid et de la pluie. Le creux de la vague est atteint le 5 juin avec un orage de grêle conséquent comme seul le coteau de Lully peut se fabriquer. Dégâts marqués sur le Merlot du Signal et les parcelles en direction de Confignon. Le coup est dur pour le domaine qui organisait le jour même ses portes ouvertes.

Depuis lors, quasiment plus de pluie jusqu’aux vendanges. Un été qui ravivera les souvenirs de la canicule de 2003. Les vignes qui souffrent du manque d’eau et qui proposent un décor impressionnant digne des vignobles sudistes. 

Les rendements sont faibles. Malgré quelques grains grillés, les grappes n’ont pas flétri pour proposer de splendides maturités. Vinifications typiques des millésimes chauds où l’acidité et les importantes teneurs en sucre rendent la vinification périlleuse.  Au final, des crus remarquables!

2014

Début des vendanges : 23 septembre

L’année de tous les dangers! L’épisode de grêle 2013 est encore trop présent dans les mémoires et une taille de transition a été nécessaire pour garder un potentiel de grappes intéressant. Le début de saison est de bonne augure et nous amènera aux pitoyables mois de juillet et d’août durant lesquels le soleil brillera par son absence. 180 mm de pluie cumulée pour la trentaine de juillet, c’est énorme! Ce régime humide est entrecoupé par des périodes très chaudes qui favorisent les maladies. Heureusement pour les vignerons, la suite est plus réjouissante pour la récolte avec une arrière-saison qui sauvera littéralement les millésimes et nous permettra de toucher les maturités.

Les rendements sont bons sur les blancs et faibles sur les rouges. Malgré des teneurs en sucre contenues, les jus sont de qualité. Les vinifications nous révèlent des arômes précis et expressifs. Nous retrouvons des souvenirs de 2008 avec des vins élégants et bien équilibrés. Un très joli millésime des “viennent ensuite”.

2013

Début des vendanges : 8 octobre

Tout a mal commencé avec un début de saison calamiteux qui va voir l’hiver se terminer au mois de juin. Le développement de la vigne peine et le scénario ne nous convient guère. Le sommet du blues fût atteint le 20 juin avec un orage de grêle sans précédent qui anéantissait la presque totalité du domaine. La fin de la saison viticole fût un long chemin de croix : grosses pressions de maladies (mildiou-oidium) et des vendanges bien tristounettes rythmées par le mauvais temps et les averses. Les vendanges les plus faibles en quantité jamais vécues au domaine.

Maturités limites, teneurs en sucre faibles, il a fallu être travailleur à la cave. Au final, des vins qui s’expriment sur la fraicheur et le fruit, quelques jolies surprises tout de même.

2012

Début des vendanges : 27 septembre

On a commencé 2012 la fleur au fusil avec en souvenir trois années magnifiques derrière nous. Le mois de mars a été clément avec des précipitations quasiment inexistantes. Le printemps aura tout de même de la peine à se mettre en place avec des pluies importantes pendant tout le mois d’avril et des gros dégâts de gel le 17 mai! Le ton était donné pour une saison viticole difficile avec des mois de juin et juillet qui ne nous ont pas simplifié la tâche. Un millésime qu’il a fallu aller chercher aux vendanges en sachant être patient et en prenant des risques pour éviter les pluies et récolter à maturité.

Les vinifications nous révèlent des vins qui se mettent en place rapidement, précis et expressifs. Sans atteindre les concentrations des trois dernières années, 2012 nous propose des vins équilibrés avec du caractère. Un millésime à ne pas sous-estimer.

2011

Début des vendanges : 9 septembre

Une très belle série qui se poursuit avec une nouvelle fois un solide millésime. La saison avait démarré en trombe avec les premières fleurs le 18 mai, un record! L’été un peu maussade avait fait place à une fin de saison chaude et ensoleillée pour des vendanges quasi caniculaires qui ont duré plus d’un mois. Rendements et qualité au rendez-vous avec une récolte aux maturités très équilibrées. Un régal à vinifier.

2010

Début des vendanges : 29 septembre

2010 avait la lourde tâche de succéder à l’opulente 2009. Un temps maussade sur la floraison avait diminué de façon significative les rendements. Début de saison un peu mitigé qui à laissé la place à un automne de vignerons. Petites récoltes, peu de pluie, nuits fraiches ont rythmé les vendanges pour dessiner une maturité exceptionnelle. En vin on retrouve la fraicheur et l’élégance des beaux millésimes genevois avec ce petit supplément d’âme qu’apporte les très belles années.

2009

Début des vendanges : 17 septembre

Un must, l’année référence, LE millésime de légende. Une chaude saison viticole qui s’était achevée par un mois de septembre sans la moindre goutte de pluie, les vendanges de rêve! Des maturités monstrueuses pour des vins d’une richesse et d’une concentration hors normes. A avoir dans sa cave.

2008

Début des vendanges : 6 octobre

Elle ne restera pas comme un souvenir inoubliable à Genève, une année difficile, une année de vignerons durant laquelle le travail de l’été dans les vignes a grandement conditionné la réussite des vins. Maturation délicate avec une météo peu clémente. Au domaine, les vins 2008 ont été délicats, frais et élégants avec quelques très jolies réussites

2007

Début des vendanges : 24 septembre

L’année n’a pas été des plus tranquilles, floraison exécrable et grêle au mois de juin avec de très gros dégâts qui avaient bien réduits les rendements … et le moral. Malgré tout, une saison particulièrement propice à la culture de la vigne qui nous avait permis de vinifier de très jolis vins, mais en petite quantité.

2006

Début des vendanges : 27 septembre

Aïe…. ce n’était pas facile! Le mouton noir de la décennie! Une météo horrible pour la maturation où les pluies se sont succédé. Quelques semaines avant les vendanges, le coup de pouce du destin (un régime de bise) nous avait sauvé de la catastrophe et permis de vendanger rapidement le domaine. Un millésime stressant et usant pour les hommes. A ne pas refaire chaque année!

2005

Début des vendanges : 26 septembre

Du grand, du très grand. L’année parfaite n’existe pas, mais 2005 nous a permis de nous en rapprocher. Des vins qui peuvent se targuer d’une grande homogénéité, du fruit, des tanins élégants soutenus par une belle acidité. Gros potentiel de garde, à faire vieillir…

2004

Début des vendanges : 29 septembre

Son plus gros défaut aura été de succéder à l’atypique 2003 et de précéder la magnifique 2005. Des moûts avec des jolies teneurs en sucre qui avait cachés des maturités parfois un peu maigre.

2003

Début des vendanges : 8 septembre

Elle est encore dans toutes les mémoires. Une année caniculaire qui nous a permis de vinifier des vins extraordinaires, comme si le vignoble genevois ne se situait pas au bord du lac Léman mais de la Méditerranée le temps d’une récolte. La vigne avait eu soif et dût “taper” dans ses réserves pour survivre. Une fois n’est pas coutume, à l’approche des vendanges on espérait tout simplement un peu de…. pluie.

Des rouges d’une rare intensité avec des expressions de vignobles méridionaux. Pour leur part, les blancs ont manqué un peu d’acidité. Peut-être pas un grand millésime de garde, à surveiller.

2002

Début des vendanges : 3 octobre

Une belle année, bien supérieure à 2001. Maturité et teneur en sucre très intéressantes. Très joli vin.

 

2001

Début des vendanges : 7 octobre

De plein pied dans le nouveau millénaire pour une année difficile, une des pires de la décennie. Maturité à la traîne… A boire si ce n’est pas déjà fait.

2000

Début des vendanges : 18 septembre

Elle en avait surpris des vignerons cette année. La récolte qui paraissait moyenne en volume durant l’été avait finalement été abondante et d’une rare qualité. Une superbe année.

1999

Début des vendanges : 2 octobre

Bien sans plus, en retrait par rapport à 1998

1998

Début des vendanges : 23 septembre

Très belle année, sondage (sucre) et maturité excellents.

1997

Début des vendanges : 25 septembre

1996

Début des vendanges : 3 octobre

Une récolte prometteuse gâchée par la pluie.

1995

Début des vendanges : 2 octobre

Belle qualité mais état sanitaire moyen.

1994

Début des vendanges: 19 septembre

Année précoce mais moyenne, comme 1991 et 1993 la pluie est au rendez-vous, le début des années 90 ne sourit pas au vignerons.

1993

Début des vendanges : 24 septembre

La pluie perturbe les maturités et pourrit les vendanges, faible teneur en sucre. Mauvaise année.

1992

Début des vendanges : 25 septembre

Supérieur à 1991 mais en retrait par rapport à 1990, joli millésime.

1991

Début des vendanges : 2 octobre

Année moyenne, rien d’exceptionnel.

1990

Début des vendanges : 24 septembre

Un beau millésime pour entamer les année 90, des vendanges saines et des raisins mûrs.

Menu